42

Se déchaîner assis
Left Lane Cruiser – Dirty Spliff Blues

Se déchaîner assis - Pour cette dernière édition 2015, dans cette période qui rime souvent avec excitation et réjouissances, le Ptit Ju vous fait part d'une chronique musicale dans l'air du temps: excitante et réjouissante, justement. Il faudra bien digérer toute cette bidoche, tout ce bordel que vous aurez ingurgité, de toute manière, alors autant le faire sur quelques notes des plus saines. Pour ça, on vous sert Left Lane Cruiser: un groupe de blues-rock de l'Indiana dont le vocaliste-guitariste se déchaine assis en tapant du pied, en répétant Motherfuckers!, et en arborant une barbe rousse digne du Christ. Ça tombe bien. Joyeux Noël.

Par AP, le - Ed. 41

Sortie: 15 juin 2015
Durée: 38′
Label: Alive Records
Site: https://myspace.com/leftlanecruiser

 

Doux comme des agneaux

Chez Left Lane Cruiser, ça va vite, c’est pour ça que ça roule à gauche. Peu connu chez nous, pas beaucoup plus chez eux, si ce n’est à Fort Wayne leur village d’origine, les musiciens de Left Lane Cruiser réussissent pourtant à tourner jusque dans nos contrées, tant bien que mal. Surtout bien, en fait, en tout cas pour le public. Depuis 2008, le groupe fait parler son empressement, sur scène comme sur leurs enregistrements, au nombre de sept avec ce derniers opus sortie en juin dernier. 

Dirty Spliff Blues reste dans l’esprit de ce que Frederick « Joe » Evans IV et Brenn Beck avaient su offrir dans les albums précédents. Si B. Beck s’en est allé et a laissé sa place à Pete Dio à la batterie, et que Joe Bent a rejoint le groupe à la basse, la recette n’a pas changé. Le duo devenu trio vend toujours la même énergie. Signé sur Alive Records, un petit label indépendant de Los Angeles, comme cinq des six précédentes productions, Dirty Spliff Blues balance lui aussi blues-rock sévère avec de gros amplis, d’une attitude presque punk. F. Evans a beau être assis quand il joue, c’est pour mieux vous faire vous lever. 

Pas de compromis, pas de prise de tête

Fort Wayne, Indiana. Si le son du groupe semble plutôt avoir absorbé toutes les influences du Nord du Mississippi, c’est bien avec un fort qu’on a affaire. Un fort de guerre, même. En tous les cas, la musique de Left Lane Cruiser est toujours un assaut sonore. Pour apprécier, il faut aimer le blues joué fort et avec beaucoup de distorsion. Loin de chercher la virtuosité, le groupe fait ce qu’il sait faire de mieux, jouer vite et sans compromis, à l’énergie, fidèle à ses envies. C’est à prendre ou à laisser.

L’album s’ouvre sur Tres Borrachos, et on n’aurait su mieux introduire la machine. Trois ivrognes donc, qui tiennent bien le choc, et vous emmènent immédiatement dans leur ivresse. C’est du blues; la batterie fait presque dans le binaire, à ce détail près qu’elle joue du hit-hat grand ouvert pour être moins sage que ses aînés (écoutez Whitebread n’ Beans). La basse l’accompagne, bien carrée, et par-dessus, F. Evans gratte tranquillement et rugit d’une voix sans doute égratinée par le bourbon et d’autres friandises – I’m smokin’ napalm, dit-il. L’homme n’est pas juste un rustre énergique pour autant, il connaît sa six-cordes. Il la maltraite, maltraite ses pédales, probablement autant qu’il maltraite sa voix, pour en sortir des solos épiphaniques. Tangled up in Bush vous montrera ses talents. Et si tout cela ne convainc pas les hésitants, démerdez-vous pour aller les voir en live. Expérience faite à Bikini Test à la Chaux-de-Fonds le 13 novembre dernier: on en ressort cabossé, suant, ivre, et très heureux.

 


Cet article a été vu 62 fois.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :