42

Chronique
Orange de rage!

En ces temps troublés de crise économique, de conjoncture morose, de baratin politique et de disette sociale, il est plus que nécessaire d’aller retrouver la substantifique moelle de la vie là où elle se trouve, là où elle a toujours été d’ailleurs: dans la nature. Un grand bol d’air, des paysages à couper le souffle, ou encore la rencontre inopiné avec un chamois; des bonheurs simples et accessibles à tous. Et pour s’en mettre pleins les yeux et pleins les pieds, pas besoin d’aller bien loin. Il y a tout ce qu’il faut ici, chez nous.

Par RM, le - Ed. 32

C’est d’ailleurs pour ça que Le Petit Jurassien vous propose depuis peu, des itinéraires de promenade, afin de découvrir notre belle région. Mais il faut ici rendre à César ce qui appartient à César. Où plutôt devrais-je dire: il faut rendre à Denis ce qui appartient à Denis. Puisque c’est de lui au départ que nous nous sommes inspirés pour créer les fameux «Aller-Retour» du Petit Jurassien.

Lui, c’est Denis Zahnd.

Un alpiniste chevronné

Saviez-vous qu’un expert de la montagne vivait paisiblement dans un appartement à Grandval?

Denis Zahnd c’est un enfant du village, il y a d’ailleurs passé toute sa vie pour ainsi dire puisque il y est encore, profitant d’une retraite active bien méritée.

Tout petit déjà, il se souvient avoir accompagné son père ou les anciens du CAS en promenade. C’est ainsi qu’il découvre pléthores de chemins dans nos forêts, des chemins qui pour la plupart, n’existent plus aujourd’hui.

Mais les moyennes montagnes de nos charmantes contrées ne sont pas assez hautes pour satisfaire les ambitions d’alpiniste de Denis Zahnd. Animé par une énergie inépuisable, l’homme s’adonne donc à plusieurs sports alpins: ski de fond, alpinisme, cross, ou encore course de montagne, une discipline dans laquelle il finira même 3ème à la Coupe d’Europe.

Véritablement passionné par les sommets, qu’ils soient de 1’000 ou de 8’000 mètres et animé par un profond respect pour la nature, c’est tout naturellement qu’il devient également membre du Club Alpin Suisse section Cornet, une section dont il assurera même la présidence durant 25 ans sur ses 33 ans d’activité au sein du club. Et quand on lui demande pourquoi il n’en fait plus partie, bien qu’il soit encore aujourd’hui, un véritable enragé de nature, il nous répond simplement «25 ans à la Présidence, ça suffit…plus, j’ai estimé que ce serait de la dictature… C’est comme rester 16 ans Maire d’une ville…il faut savoir laissé sa place aux autres!» Oui, bien que notre sympathique montagnard soit un amoureux transit de la forêt, il ne pratique pas pour autant la langue de bois!

Suivez le guide

Mais ce n’est ni pour son franc parler ni pour ses exploits sportifs que la rédaction du P’tit Ju a décidé de vous présenter ce sympathique montagnard. C’est pour ses petits panneaux indicateurs orange (cf photo). Vous les avez déjà certainement aperçu si vous vous baladez un tant soit peu en forêt dans les alentours.

Au départ, Denis se contentait de marquer quelques arbres et cailloux à la peinture pour baliser les chemins, mais par soucis de propreté en forêt, il s’est mis à fabriquer ses propres petits panneaux en bois. Et si vous vous demandez pourquoi en orange, la réponse qu’il nous a donné, c’est que le orange était à la mode à l’époque où il a commencé.

L’idée qui avait déjà été pratiquée du côté d’Orvin par des amis à lui, c’était d’indiquer aux promeneurs d’anciens et de nouveaux chemins testés et aménagés auparavant par le guide en personne.

Au total c’est 16 itinéraires balisés que Denis va créer dans notre magnifique région. Des parcours tracés, classifiés de T1 à T6 (T = cotation alpine officielle des difficultés) selon leurs difficultés, particulièrement variés et très bien expliqué grâce à une carte topographique et un texte explicatif fourni sur demande.

Une initiative qui vise d’une part à faire la promotion de notre belle nature, mais qui sert surtout à réhabiliter de vieux sentiers oubliés de tous.

On aurait pu trouver l’idée parfaite… Seulement voilà, le orange, ça n’est pas au goût de tout le monde.

La convocation

L’histoire aurait pu s’arrêter là: un homme qui partage ses connaissances avec les autres pour que chacun puisse en profiter.

Mais l’initiative de Denis n’était visiblement pas du goût de tout le monde, à croire que quand quelqu’un a une bonne idée, il faut toujours qu’il y ait quelqu’un d’autre pour tout foutre en l’air.

Le 3 septembre dernier, Denis Zahnd est donc «invité» comme il dit, à une séance extraordinaire à la salle du Conseil à Crémines. Sont présents à cette séance, des représentants de la commune de Grandval, de Belprahon, Corcelles, Crémines, bref tout le Cornet, mais aussi des représentants du Triage forestier, des Forêts domaniales, de la Division forestière cantonale et même des chemins pédestres bernois. En clair, une sorte de « Task Force » anti Denis Zahnd.

Au départ il est juste question de parler des méthodes utilisées par Denis Zahnd, c’est-à-dire le fait de planter des visses dans les arbres pour fixer ses panneaux. Mais très vite «l’invité» se sent plus accusé qu’autre chose. Bien que tentant d’expliquer ses intentions, il fait face à 9 personnes visiblement bien décidé à ne pas négocier. La séance dure une heure, Denis tente de se défendre seul comme il peut mais rien n’y fait et au bout du compte aucun compromis n’est trouvé. La décision tombe: Denis devra enlever la totalité de ses panneaux orange d’ici au mois de mars 2015, pour raison de sécurité.

A contrecœur, Denis s’exécute et retire donc la totalité de ses panneaux indicateurs. Mais au final, ce n’est pas ça qui lui fait le plus de peine. C’est plutôt de s’être senti accusé de choses qu’il n’a pas faites et d’avoir été ainsi convoqué et  jugé sans avoir pu réellement se défendre.

Coup de gueule

Lorsque nous avons appris cette histoire, nous avons tout de suite pris contact avec Denis Zahnd pour qu’il nous explique de quoi il était réellement question et qu’est ce qu’il risquait s’il ne s’exécutait pas.

Il faut savoir que nous-mêmes, avons utilisé à plusieurs reprises ses itinéraires à panneau orange et nous tenons ici à dire qu’en aucun cas, nous nous sommes sentis le moins du monde en danger. Au contraire, les chemins balisés par Monsieur Zahnd nous ont permis d’utiliser des sentiers de traverse méconnus, de parfaire notre connaissance en lecture de cartes, et de mieux connaître, apprécier, comprendre et respecter notre belle région.

Bien entendu, une promenade en forêt, et ce même dans les alentours, ça se prépare. Il faut s’équiper, étudier les cartes, tracer un itinéraire, calculer les temps de marche et les dénivelés. On ne s’improvise pas randonneur, il ne suffit pas toujours de suivre des panneaux. C’est avant tout une question de bon sens et de responsabilité de chacun. Une personne qui partirait se promener en forêt et qui serait victime d’un accident, ne pourrait en aucun cas faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre qu’à lui-même.

On rappelle que dans la nature, chacun est responsable de ses faits et gestes, que vous suiviez des panneaux orange, jaunes, rouges ou imaginaires.

Aujourd’hui, sur simple décision de quelques « initiés » et sur la seule volonté des communes du Cornet, ces chemins balisés par Denis Zahnd vont retomber dans l’oubli et puisque personne n’a voulu de sa mémoire, l’homme gardera désormais ses souvenirs de promenade pour lui!

Par cet article, Le Petit Jurassien tient ici à témoigner son indéfectible soutien à Monsieur Denis Zahnd pour son initiative intelligente qui visait à réhabiliter une partie du patrimoine naturel régional.

On peut sans nul doute penser qu’un homme qui organise depuis plus de 40 ans des courses en montagne sait ce qu’il fait et qu’il ne va pas faire prendre des risques inconsidérés à de simples promeneurs « du dimanche ». D’autre part Denis Zahnd n’oblige personne à préférer ses chemins plutôt que les traditionnels panneaux jaunes des sentiers pédestres cantonaux. Libre a chacun de savoir ce qu’il veut faire.

D’autre part on peut regretter le manque d’intelligence et d’imagination des personnes présentes face à Denis Zahnd ce fameux 3 septembre 2014.

Au lieu de voir le potentiel de son idée pour redorer le blason d’une région délaissée et de profiter de son expérience et de sa motivation pour proposer par exemple des balades touristiques organisées par un expert des randonnées en montagne, les autorités (in)compétentes du Cornet n’ont vu en l’idée de Denis qu’un nid à problèmes dont il fallait se débarrasser au plus vite!

Dommage: voir des problèmes là où on proposait plutôt des solutions, c’est finalement peut-être ça le comble de la bêtise humaine.

Enfin, ça, c’est notre avis!

Au pire, il restera toujours les «Aller-Retour» du Petit Jurassien, même si nous n’avons pas la prétention d’être aussi doués que lui pour trouver des nouveaux itinéraires.

Peut-être serait-il intéressé à rejoindre notre rédaction…


Cet article a été vu 452 fois.
Jean-Marie Spozio dit :

Denis Zahnd ok mais si d’autres font la même chose… et des panneaux passe encore mais de la peinture bleue sur les rochers dans une réserve forestière cela dépasse les borne. Jean-Marie Spozio

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :