42

Reportage de nuit
Les Fours ont eu «Chaux»

Dans la longue série des questions existentielles qui nous taraudent au sein de la rédaction du P’tit Ju, il en est une que nous avons enfin décidé de régler une bonne fois pour toutes: Les Fours à Chaux de St-Ursanne, c’était mieux avant ou c’est mieux maintenant? Avant de vous laisser cogiter tout l’été là-dessus, votre journal préféré d’hier et d’aujourd’hui vous présente l’avant et l’après de ce haut lieu d’histoire, de patrimoine et de culture jurassienne.

Par RM & MWR, le - Ed.

Situé sur les bords du Doubs, le magnifique village de St-Ursanne n’est pas juste un haut lieu médiéval jurassien. On aurait tendance à l’oublier mais c’est aussi un site formidable et incontournable de la révolution industrielle régionale. Preuve en est avec les fours à chaux, situés à flan de falaise sur les hauts de la commune jurassienne.

Histoire de chaux

L’histoire de la fabrique de chaux de St-Ursanne remonte au 6 novembre 1907, date de la fondation de l’usine par des Neuchâtelois. A cette époque on utilise énormément de cette matière que ce soit pour l’élaboration de médicaments, d’engrais destiné à l’agriculture ou encore pour la construction d’habitations.

Tout d’abord baptisé «Fabrique de chaux vive pure pour l’industrie chimique de St-Ursanne», elle devient 3 ans plus tard «La Fabrique de chaux de St-Ursanne».

C’est aussi cette année que le premier four entre en fonction, rapidement suivi par un deuxième en 1913 et un troisième en 1918. A cette période, en plus des trois fours pour cuire la chaux, on compte une cinquantaine d’ouvriers et de mineurs, pour la plupart étrangers. D’ailleurs tout un petit village a été construit autour de l’usine pour héberger rapidement cette main d’œuvre; des bâtiments dont-on retrouve encore les traces aujourd’hui dans les forêts aux alentours de St-Ursanne.

En 1950, après bon nombre d’améliorations, comme l’installation d’un moulin à carbonate par exemple, c’est une entreprise du canton de Glaris qui rachète «La Fabrique de chaux de St-Ursanne» pour en faire «La Fabrique de chaux SA St-Ursanne».

C’est le début de l’âge d’or pour l’extraction de «L’or blanc». La Fabrique de chaux diversifie ses recettes, trouve de nouveaux débouchés et augmente même sa production. Mais la belle vie ne dure qu’un temps, et à la fin des années 80, face aux carrières de chaux polonaise plus productives et plus rentables, les fours à chaux de St-Ursanne commencent à tirer la langue pour finalement s’éteindre pour de bon le 30 juin 1993.

2ème vie

L’histoire pourrait s’arrêter là, mais ce serait dommage.  En 1998 commence alors une phase de transformation pour les cavernes de chaux de St-Ursanne. Il faut dire que des années d’extractions ont rendu sa roche friable et ses parois et plafonds particulièrement instables. Avant d’imaginer quoique ce soit à l’intérieur, il faut donc sécuriser le site.

Les travaux prennent environ un an et sont exécutés avec l’aide de chômeurs de la région.

L’ancienne usine d’extraction de chaux se transforme alors peu à peu en un centre culturel pouvant accueillir plus de 1000 personnes pour des expositions de peintures, de sculptures, mais aussi des performances musicales d’artistes comme le tournage du clip des jurassiens de «BPM» ou encore le concert particulier du collectif «The Fawn» l’an passé.

Mais de 2004 à 2011, l’événement bisannuel musical des fours à chaux de St-Ursanne, c’était bien entendu les soirées MTP (Mont-Terri Production), spécialisé dans la musique électronique. Des événements qui ont toujours attiré la foule de partout, du Jura comme d’ailleurs, dépassant même souvent les frontières de la Suisse.

Le four, c’est sur combien?

Pour pouvoir vous illustrer au mieux l’après de ces fours, le Ptit Ju s’est rendu sur place pour y vivre l’un des plus grands événements électro de notre région, cette fameuse et maintenant incontournable soirée MTP.

La prévôtoise Lucie Lusa, présidente de l’organisation, nous a reçu au sommet de la passerelle centrale, 30m au dessus du public chaud comme la braise, pour nous présenter cette manifestation hors du commun. Merci à elle pour ses explications et son accueil.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la recette est très simple:
Une programmation originale de musique électronique comprenant toujours un live, l’ouverture et la fermeture assurées par des DJs régionaux, une tête d’affiche internationale et au moins une artiste féminine (un peu de douceur dans ce monde de brut, quoique…).

Les portes s’ouvrent à 23h et se referment à 7h du matin, une manière intelligente de sortir faire la fête et d’inciter les gens à rentrer tranquillement en train après s’être déhanchés toute la nuit.

Un stand de prévention sex’n’drug pour une soirée rock’n’roll (version électro) tout en sécurité où l’on peut se reposer, demander conseil et boire de l’eau.

Une animation lumineuse et visuelle assurée par des VJs (mixeurs d’images en temps réel) pour un résultat bluffant et une ambiance à couper le souffle.

Le tout dans ce lieu ultra industriel qui se retrouve en symbiose parfaite avec un événement de ce calibre.

Et sur le terrain?

Après une pause forcée pour la seconde remise en état de l’établissement entre 2011 et 2013, les soirées MPT ont repris du service en fêtant leurs 10 années d’existence samedi dernier 31 mai 2014. Et autant vous dire que c’est toujours un peu mieux.

Malgré quelques petits détails qui changent, comme l’accès des plateformes interdit au public, le fait de ne plus pouvoir fumer à l’intérieur ou encore les décorations non plus thématiques, mais assurées par ces fameux VJs et leur rétroprojecteur XXL, les organisateurs sont fidèles au concept présenté plus haut pour nous offrir une bonne grosse fiesta sur du bon gros son.

De plus, la recette continue de marcher du tonnerre, car même après deux ans «d’inactivité», l’engouement du publique reste inchangé et se traduit par des prélocs sold out et une superbe ambiance durant toute la manifestation. Nous disons donc un grand bravo à nos amis de Mont-Terri Productions pour cette renaissance et leur souhaitons une belle réussite pour la suite.

Si vous avez manqué cette petite sauterie ou si vous en redemandez tout simplement, sachez que la prochaine édition aura lieu le 27 septembre 2014. Et si vous n’êtes pas spécialement un fan de musique électronique, comme mentionné plus haut, d’autres associations y organisent bons nombres d’événements culturels en tout genre qui sauront certainement vous ravir.


Cet article a été vu 8309 fois.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :