42

Portrait
«Le Glaude», du bouche à l’oreille!

Il est atypique, drôle, attachant et surprenant. Il en agace certains et en fascine d’autres. Ce qui est sûr c’est qu’à son contact, personne ne reste indifférent. Musicien autodidacte, il se fout des convenances car les convenances se foutent de lui. Rencontre avec un prévôtois hors-norme: Claude Mayland.

Par RM, le - Ed. 3

Ma région a du talent. C’est le titre d’une émission de divertissement sur la TSR. Mais, quand on parle de notre région, cette affirmation prend tout son sens. L’arc jurassien regorge d’artistes, sportifs et artisans passionnés et talentueux. Mais dans la pratique du «beat box», soit l’art de faire des bruitages de batterie, platines et autres instruments, en ne se servant que de sa bouche, les candidats, déjà peu nombreux, peine à sortir de l’ombre.

C’était sans compter sur notre ami, Claude, 31 ans, enfant de Moutier, expatrié à Fribourg, véritable machine humaine à bruitage.

Poum-Tchak

D’aussi loin que l’on puisse remonter, Claude a toujours été «un tapoteur», se servant de tout et n’importe quoi pour taper sur tout et n’importe quoi (mais pas n’importe qui!). C’est avant tout un passionné du rythme, du beat. C’est donc tout naturellement qu’il se dirige vers la batterie, lors de ses débuts de musicien amateur. Mais l’instrument demande rigueur et n’offre pas l’indépendance qu’il recherche. Troquant sa batterie contre un microphone, le Glaude, comme ses amis l’appellent, s’initie tout seul dans son coin à la pratique du «beat box». Profitant de la liberté que cet art octroie, il utilise le moindre temps libre qui lui est donné pour se perfectionner et deviens rapidement très bon dans sa nouvelle discipline.

Ce n’est que des années plus tard que Claude prend conscience de l’existence d’une véritable scène «beat box» en Suisse, souvent parallèle à la scène Hip-Hop, avec ses pratiquants, ses codes et ses références.

C’est en approchant de plus près cet univers qu’il fera différentes rencontres qui vont donner naissance à différents projets artistiques, tels que par exemple, sa coopération en tant que «beat box man» avec le DJ prévôtois Vinyl Touch, bien connu dans nos contrées. Notre artiste se met aussi à écrire des textes destinés au hip hop mais pas seulement puisque, dans un souci de faire rythmer les mots ensemble comme il faisait sonner sa batterie, ce cher Glaude explore différents horizons musicaux tels que la musique électronique, par exemple.

C’est d’ailleurs de l’un de ses textes, racontant un réveil difficile, qu’il tirera son nom d’artiste: Caféclope.

Voxset

Malgré différents projets musicaux, rencontrant plus ou moins de succès, il faudra attendre son adhésion au groupe lausannois Voxset, pour que sa carrière de «human beat box» amateur prenne son envol. En effet, le groupe, dont la particularité est de chanter uniquement à capella, était à la recherche d’une personne capable tenir le rôle du batteur, sans batterie bien entendu. Un job taillé sur mesure pour Claude qui rejoint la troupe. Dès lors, tout s’enchaîne (Hi fi) très vite. Le groupe participe, en 2011, à l’émission La boîte à musique sur la TSR et remporte le prix du jury en finale.

Se suivent beaucoup de dates de concerts en Suisse pour des festivals ou autres. Puis le casting de l’émission Sing-Off sur France 2 est lancé. Le concept est simple, la chaîne recherche des groupes de chanteurs à capella. Nos valeureux petits suisses tentent leur chance, passent un casting à Paris et sont retenus. L’émission démarre, c’est la révélation. Voxset enchaîne les «primes» les uns après les autres avec une aisance déconcertante et ce malgré les aller-retours Paris-Fribourg incessants de Claude qui, au même moment, est en train de passer sa licence en Littérature française et philosophie, à Fribourg! Rien que ça… Signalons au passage qu’il a réussi ses examens. Quand on vous parle de talents! Bref, aidés par leur metteur en scène Anthony Mettler et soignant leur apparence «cabaret-trash» grâce à leur styliste Giovanni Lo Presti, les sept artistes se hissent jusqu’en finale où ils perdront d’une toute petite marge face à leur adversaire les Tale of voices.

Qu’importe, au final la reconnaissance, la médiatisation et les opportunités sont là et cette année qui arrive se présente déjà comme exceptionnelle pour la formation de Claude.

D’ailleurs, vous pourrez les retrouver, entre autre, le 21 avril prochain au Frappe-festival en Valais ou, et c’est une info exclusive du Petit Jurassien, le vendredi 4 mai à Moutier, à l’occasion de la plantation de la vigne du vigneron prévôtois Aurèle Morf pour une soirée placée sous le signe du cabaret. Voxset à Moutier. Un événement à ne manquer sous aucun prétexte! Si vous cherchez d’autres informations, rendez-vous surwww.voxset.org, toutes infos et les dates de concerts du groupes s’y trouvent.

Ce petit prévôtois à fait du chemin et gageons que ce n’est pas fini, il n’est pas près de s’arrêter… Tant qu’il aura un café et une clope…


Cet article a été vu 2966 fois.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :