42

La Guillotine
La dérive hygiéniste

Au fil des ans, l’homme n’a cessé de progresser sur la voie de la propreté. Si nous n’avons rien contre l’«hygiénisme», ce courant du XIXe siècle auquel nous devons les réseaux d’égouts, la prophylaxie, le ramassage des déchets ou encore le traitement des eaux usées et bien d’autres choses qui font désormais partie des normes d’hygiène élémentaires, voilà quelques années que nous observons ce que nous pouvons appeler une «dérive hygiéniste». À la base de cette dérive: une volonté d’exercer un contrôle total sur son environnement et de vivre dans un monde plus propre que propre. Oui mais voilà, c’est oublier que l’abus de propreté peut causer de véritables dérèglements de notre système immunitaire. Osons donc la question: et si nous étions devenus trop propres?

Par Dr. Guillotin, le - Ed. 24

Sois propre et tais-toi!

Dans les cours de récréation, la scène est courante: un enfant fait tomber un bout de son précieux en-cas, le ramasse, souffle dessus pour la forme et l’engloutit comme si de rien n’était. Stupeur chez ses camarades qui grimacent et lâchent en chœur un «Beeeeeeeeeeen» de dégoût. À en juger par leur réaction, on pourrait croire que le simple contact du bout de pain avec le sol aura suffit à le rendre radioactif.

C’est vrai qu’aujourd’hui, la tendance est aux intérieurs balayés, aspirés, récurés, aseptisés… Notre chez-nous n’est jamais trop propre. Swiffer, Mr. Propre et autres vaporisateurs aux multiples senteurs exploitent le filon: la propreté est un commerce rentable! Mais nous oublions une chose: l’abus de propreté peut nuire à la santé! En effet, de nombreuses études prouvent aujourd’hui que l’augmentation des risques d’allergie est directement liée au développement de l’hygiène dans nos sociétés. En gros, plus vous poutzez, plus vous éternuez!

Combattre le mal par le mal

Plus sérieusement, le meilleur moyen de développer les défenses contre les allergies, c’est d’exposer le système immunitaire des bébés aux virus et aux bactéries! C’est le principe de l’adaptation de l’organisme à son environnement. Car si les allergies augmentent, c’est tout simplement parce que notre système immunitaire n’est plus habitué à être confronté aux menaces qui proviennent de l’extérieur. Trop protégé, ce dernier finit par identifier de simples poussières inoffensives comme de dangereux corps étrangers. C’est alors que notre corps s’emballe et provoque une réaction disproportionnée. Ce n’est pas pour rien si les enfants qui grandissent à la ferme ont moins de chances de développer des allergies… Eh ouais! Du coup, tu regrettes de t’être moqué du fils d’agriculteur de la classe qui venait à l’école avec ses habits qui sentaient la vache!

Mangez pasteurisé!

Notre environnement n’est pas le seul facteur! À l’heure des normes de sécurité alimentaires imposées par les plus grands cerveaux européens, il est également prouvé que la nourriture industrialisée a une fâcheuse tendance à modifier la flore intestinale des enfants. Flore qui, semble-t-il, protégerait l’organisme contre certaines réactions allergiques…

Je ne sais pas vous, mais moi, je n’ai pas envie de finir dans une couveuse. Alors la prochaine fois que j’ai le malheur de laisser tomber mon Snickers par terre, je le mange!

Le mauvais civilisé

Qu’il est loin le temps du bon sauvage célébré par notre Jean-Jacques Rousseau national. Lui qui préconisait une éducation en plein air, faite de jeux à l’extérieur, qu’il pleuve ou qu’il vente:

 «…beaucoup d’ébats, de courses, de jeux en plein air et dans des jardins, sont à préférer à la maison paternelle, où une fille, délicatement nourrie, toujours flattée ou tancée, toujours assise sous les yeux de sa mère dans une chambre bien close, n’ose se lever, ni marcher, ni parler, ni souffler, et n’a pas un moment de liberté pour jouer, sauter, courir, crier, se livrer à la pétulance naturelle à son âge: toujours ou relâchement dangereux ou sévérité mal entendue; jamais rien selon la raison. Voilà comment on ruine le corps et le cœur de la jeunesse.»

En 1762, il avait déjà compris que la meilleure prévention, c’est l’exposition, comme le souligne aujourd’hui (soit 250 ans après…) le responsable du service d’allergologie pédiatrique des HUG Philippe Eigenmann: «L’une des méthodes les plus prometteuses consiste à exposer les enfants, dès leur plus jeunes âge, à des bactéries qui vont influencer le fonctionnement de leur système immunitaire.» Vous y penserez la prochaine fois que vous gronderez votre chérubin parce qu’il rentre avec ses pantalons légèrement crottés.

Bon allez, il est l’heure d’aller tirer sur ma cigarette électronique! Bah quoi, vous n’êtes pas au courant? Aujourd’hui, on peut fumer proprement!


Cet article a été vu 2884 fois.
Lo dit :

Formidable cet article : merci Le P’tit Ju ! Quand je repense à mon enfance, c’était des jeux dehors, faire de la dînette avec de la terre et des feuilles et organiser des courses d’escargots sur mes mollets 😉 Et effectivement : aucune allergie en vue !!!

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :