42

J'ai pas campris!
Espionnage mondial – prophétie orwellienne?

Mon cher Edward, t’aurais pas pu te taire un peu? On vivait bien dans notre bulle. Mais maintenant, t’en as trop dit. Beaucoup trop. Je préférais l’époque où je ne savais pas (vraiment) que mon téléphone portable était peut-être sur écoute et que les sites que je visitais sur internet, ni plus que les mots que j’entrais sur google ou yahoo, étaient peut-être enregistrés et répertoriés par des services de renseignements. Mon cher Edward, ces derniers mois, depuis que tu nous as dit que ton pays épiait le monde, les dossiers sur le phénomène de l’espionnage n’ont cessé de défrayer la chronique. Le Petit Jurassien a donc décidé de pencher sa loupe sur ces affaires pour essayer de camprendre un peu c’qu’il s’passe. Enquête.

Par MPV, le - Ed. 23

Le monde est espionné par le monde

Qui j’appelle, depuis où et quand, sur quels sites internet je me connecte et à quelle fréquence – ce qu’on appelle communément «métadonnées» –, voilà ce qu’apparemment peuvent savoir tout un tas de gens hauts placés aux États-Unis mais également ailleurs. Car si le monde est certes espionné, au nom de la sécurité américaine, par la NSA («National Security Agency», organisme gouvernemental des États-Unis), il n’en n’est pas moins par la plupart des autres pays qui sont au bénéfice d’un service de renseignement fort.  C’est du moins ce qu’on a pu apprendre ces derniers mois: suite aux déclarations d’Edward Snowden*, on a accusé les USA d’être les grands méchants de la surveillance abusive du globe. Pourtant, force est d’admettre que les réactions des gouvernements des pays espionnés étaient molles. «Ce n’est pas très sympa de nous espionner, s’il-vous-plaît, arrêtez donc…» rouspétaient à demi-ton nos élites. Mais pourquoi tant d’apathie de leur part? Pourquoi cette fausse indignation? Eh bien, tout simplement parce qu’ils étaient déjà tous au courant et que, du moins l’ensemble des pays Occidentaux, de nombreux pays ont un programme similaire de surveillance de masse. Alors évidemment, ils n’allaient pas jeter la première pierre. S’espionner entre amis est apparemment une pratique courante. Cependant, quand il s’agit de l’espionnage des populations, des millions de personnes comme toi et moi qui avons peut-être été des victimes passives d’un viol de vie privée par le gouvernement américain comme par d’autres, il y a de quoi se poser des questions.

Espionnage mondial-1

La vie privée mise à rude épreuve

Au début, ces systèmes de surveillance des masses avaient été mis en place suite aux attentats du 11 septembre 2001, et à l’origine c’était pour lutter contre le terrorisme. Néanmoins, cette pratique s’est de plus en plus transformée en espionnage économico-industriel entre États et en lutte contre la criminalité tout court, avec une multitude de cas abusifs et illégaux. «Ce n’est pas bien grave, je n’ai rien à cacher!» me diras-tu? Si tu as un quart d’heure devant toi, je te conseille d’aller lire cette lettre ouverte à ceux qui n’ont rien à cacher (cliquer ici).

Bruce Schneier, expert en technologies de sécurité, appelé «security guru» dans le milieu, résume les enjeux et nous dit sur son site internet, à propos de la notion de vie privée, qu’elle «nous protège de ceux qui ont le pouvoir, même si nous ne faisons rien de mal au moment où nous sommes surveillés. Nous ne faisons rien de mal quand nous faisons l’amour ou allons aux toilettes. Nous ne cachons rien délibérément quand nous cherchons des endroits tranquilles pour réfléchir ou discuter. Nous tenons des journaux intimes, chantons seuls sous la douche, écrivons des lettres à des amoureux secrets pour ensuite les brûler. La vie privée est un besoin humain de base.»

Il poursuit la réflexion ainsi:

«Trop souvent on voit surgir le débat dans le sens « sécurité contre vie privée ». Le choix est en fait liberté contre contrôle. La tyrannie, qu’elle provienne de la menace physique d’une entité extérieure ou de la surveillance constante de l’autorité locale, est toujours la tyrannie. La liberté, c’est la sécurité sans l’intrusion, la sécurité avec en plus la vie privée. La surveillance omniprésente par la police est la définition même d’un état policier. Et c’est pour cela qu’il faut soutenir le respect de la vie privée même quand on n’a rien à cacher.»

Espionnage mondial - 2

Un monde tel que le souhaite Bruce Schneier est-il encore possible? À l’heure où nos faits et gestes sont épiés dans les villes grâce aux caméras de surveillance et où nos ordinateurs et autres smartphones sont peut-être contrôlés, est-ce encore envisageable de faire machine arrière? L’espionnage de masse, un mal intrusif pour un bien sécuritaire? 1984 de George Orwell est-il en train de se réaliser ou est-il déjà réel? Le débat est ouvert.

Mais concrètement, comment la NSA espionne-t-elle le monde?

Pour pouvoir répondre à ces questions, il faut d’abord camprendre comment l’espionnage est possible d’un point de vue technique. Et pour ce faire, le journal français Le Monde prend un moment le relai avec une vidéo ludique explicative qui saura nous expliquer sans trop entrer dans le détail comment l’espionnage du monde est rendu possible par la technologie:


Comment la NSA vous espionne (expliqué en patates) par lemondefr

Quand le speaker de la vidéo concluait en disant «au niveau international, personne ou presque ne s’insurge. Peut-être au fond parce que tout le monde aimerait pouvoir faire la même chose», on peut maintenant plutôt dire que tout le monde fait la même chose (même si c’est à des échelles différentes), et c’est pourquoi personne ne s’insurge. Si les techniques de l’«Upstream» et «Prism» sont l’apanage des américains, qui c’est vrai, en matière d’espionnage de masse, ont tout de même un plus gros zizi que les autres pays, d’autres techniques sont utilisées par d’autres États. Par exemple, l’État français est doté de gigantesques ordinateurs de collectes de données qui font un travail du même genre que Prism.

 

 

Espionnage mondial - 4

En Suisse, les services secrets ne sont pas en retard en la matière. Ils disposent, en effet, d’un système de surveillance de masse qui répond au doux nom de «Onyx», et qui est installé sur trois sites: Zimmerwald, Heimenschwand, Loèche. Gare à vous, chenapans! 

Espionnage mondial - 5

Rien de bien étonnant

Dans le fond, à l’heure des grandes transformations technologiques, alors même que cela constitue une atteinte à nos libertés fondamentales, il apparait assez évident que nos appareils soient sous surveillance. Franchement, c’était un peu couru d’avance. Rien de bien étonnant. Cela fait des années déjà qu’on nous répète et que l’on sait qu’il faut être attentif à l’utilisation que nous faisons de nos bidules électroniques et des données que l’on inscrit sur internet. A la base, c’était plutôt pour se prémunir des hackers que des gouvernements, mais au final qu’est-ce que ça change? Pour les connaisseurs, crypter ses données peut être une solution à court terme pour se protéger. Mais quand bien même, les technologies de demain auront de plus en plus de facilité à casser ces éventuels cryptages. Fatalité, quand tu nous tiens.

Espionnage mondial - 6

Eh oui, à ton insu, peut-être que tes conversations facebook sont répertoriées, peut-être que les photos que tu envoies via ton smartphone sont enregistrées, peut-être que tes appels téléphoniques et tes mails sont captés; est-ce que cela va changer tes habitudes pour autant?

Que penses-tu de tout cela? La surveillance de masse: normale ou scandale?

 

* Edward Snowden est un ancien membre de la NSA et de la CIA. Actuellement en cavale en Europe, il a livré aux presses et aux gouvernements du monde des détails sur les programmes de surveillance de masse des États-Unis sur le globe.


Cet article a été vu 1237 fois.
FriDôme dit :

Voilà ce que j’en pense.
http://d24w6bsrhbeh9d.cloudfront.net/photo/av0QpLq_460s.jpg

MPV dit :

Il est vrai que les USA sont les portes-drapeaux du phénomène, mais il faut garder en tête que c’est une activité de nombreux États (du moins Occidentaux) et que ces derniers collaborent souvent entre eux.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :