42

Portrait
Dans le Léon, tout est bon!

Si vous tendez l’oreille (voir même les deux) en ville de Moutier en ce moment, vous ouïrez certainement parler d’une vieille rumeur qui raconte à qui veut bien l’entendre que le (mythique) bar de l’Ours serait sur le point de ré-ouvrir, et que c’est même le (tout aussi mythique) Léon «himself» qui serait sur le point de le reprendre.

Par RM, le - Ed. 37

Mais comme dans toute rumeur, il y a une part de vrai et une part de grand n’importe quoi. Le Petit Jurassien a pris rendez-vous pour un café (suivi d’un verre de rouge) avec le principal intéressé afin, d’une part, de faire toute la lumière sur ces «on-dit» prévôtois et, d’autre part, afin de mettre à l’honneur une des personnalités les plus incontournables de la vie prévôtoise, que compte notre bonne vieille ville.

Il était une fois: Léon

A ne pas confondre avec le film de Luc Besson! Ici, c’est bel et bien le Prévôtois qui nous intéresse. Et c’est important de commencer par là, parce que l’histoire du personnage et l’histoire de la ville sont toutes les deux intimement liées!

Daniel Rebetez (puisque c’est là son vrai nom) est né à la maternité de Moutier le 8 mai 1951. Il passe toute sa scolarité en prévôté, puis, à l’âge de sa sortie d’école obligatoire, il choisit la voie de l’hôtellerie comme métier et s’inscrit à l’École Hôtelière de Glion dans le canton de Vaud. Il s’y formera durant deux ans.

Dans le cadre de sa formation, il part ensuite à Zurich pour un stage de barman durant une année afin de parfaire ses armes derrière le zinc. Fraîchement diplômé, il participe à un cours sur la connaissance des vins à la Haute École de Viticulture et œnologie de Changins, toujours dans le canton de Vaud.

Bardé de diplômes mais surtout d’expériences, Léon revient vers l’âge de 25 ans à Moutier avec l’envie de concrétiser tout ce savoir engrangé et enfin passer à la pratique!

L’Ours

La pratique, c’est au Bar-Restaurant de l’Ours de Moutier qu’il va l’acquérir!

En juillet 1979, avec son ami Willy Boivin, Léon reprend l’Ours qui était jusqu’ici loué à la famille Bühler. Il ne faudra pas longtemps pour que la taverne se remplisse de gens qui deviendront d’ailleurs, pour la plupart, de fidèles habitués.

Il faut dire que la vie politique de la région est particulièrement mouvementée à cette époque avec l’entrée en souveraineté du tout nouveau canton du Jura. Une période euphorique qui se fait également ressentir au niveau de la fréquentation des bistros et plus particulièrement à l’Ours, grand lieu de rassemblement des «pro-jurassien». Tout le monde sort, discute, s’informe, se rencontre et se donne rendez-vous au bar.

D’ailleurs, de l’aveu de Léon: «C’était du hasard, mais il se trouve que c’était sans doute la meilleure période possible pour ouvrir un bar à Moutier, d’autant que Chez René (ndlr. La Rôtisserie du Centre) venait de fermer et qu’une bonne partie de ses clients sont venus chez moi.»

En 1985, Willy Boivin décide de quitter l’aventure et Léon se retrouve alors seul aux commandes du bistro. Mais il n’y pas vraiment de soucis à se faire; l’affaire est bien lancée et tourne à plein régime avec un bar et un restaurant très fréquentés, tout un tas d’animations musicales et même régulièrement des compétitions sportives organisées par Léon, comme la descente en luge de la Montagne de Moutier ou les courses de vélos. (cf photos)

Ceux qui se reconnaîtront sur les photos se souviendront sûrement de ces nombreux moments mémorables.

La fin d’une ère

C’est peut-être ça d’ailleurs qui, paradoxalement, va sonner le glas pour ce bistro mythique de Moutier, du moins pour un temps!

Un bar qui marche bien, c’est beaucoup de clients, beaucoup de travail et beaucoup de verres offerts à écluser pour le patron…

En 2005, après 26 ans de bons et loyaux services, Léon, ressent comme l’envie de faire autre chose, d’une part par lassitude, mais d’autre part, inquiet pour sa santé, de voir sa consommation d’alcool grimper en flèche apéros après apéros. C’est donc sagement et courageusement qu’il décide de fermer boutique en 2005!

Commence alors une nouvelle vie pour notre touche à tout. Léon fera d’abord un permis de conduire professionnel pour pouvoir véhiculer quelques clients des entreprises régionales dans les beaux coins que compte notre pays.

Il se lancera ensuite dans une entreprise de taxi à Verbier durant 3 ans, et il s’essayera également à l’importation de vins, une activité commerciale qu’il pratique d’ailleurs toujours aujourd’hui.

Et l’avenir

Mais revenons quelques instants sur ce qui nous avait intéressé au tout début de cet article: la réouverture de l’Ours par Léon lui-même!

Alors, info ou intox? Et bien, en réalité, la vérité se trouve un peu entre les deux!

En ce qui concerne la partie véridique de ce qui se raconte dans les troquets prévôtois: oui, l’Ours va bel et bien rouvrir, et on peut même déjà vous dire que ce sera pour le 16 juillet, quasiment 10 ans jour pour jour après sa fermeture! En revanche, pour ce qui est de l’intox, ce n’est pas Léon qui se tiendra derrière le bar, bien qu’il n’en sera jamais très loin.

C’est sa copine, Isabelle Neves, qui peut elle aussi se targuer d’avoir une certaine expérience en matière de gestion de bar puisqu’elle a à son actif, elle aussi, pas moins de 25 ans de métier dans les pattes. Une expérience qu’elle mettra à profit pour gérer la partie bar et restaurant, accompagnée par un jeune cuisiner prometteur qui se fera un plaisir de vous préparer tout un tas de spécialités de la région, préparées avec des produits frais et du coin.

Et toi Léon?

Mais vous allez me dire: et Léon dans tout ça? Et bien, vous l’aurez compris, puisqu’il est toujours propriétaire du bâtiment et que c’est sa copine qui reprend les rênes, il ne sera jamais bien loin.

Cela dit, plus question de gérer le bar! A la place, Léon endosse le rôle de «programmateur des animations», l’idée étant de pouvoir proposer régulièrement à la clientèle, toute une série d’événements, que ce soit, des concerts, mais aussi des débats, des exposés de personnalités de la région qui ont accomplis quelque chose, etc.

En clair, «l’Ours nouveau» veut revenir à l’ambiance de l’Ours d’il y a 10 ans, à l’époque ou l’on pouvait trouver à la fois une ambiance décontractée, des petits plats de saison aussi simples que délicieux et un esprit bon enfant où jeunes et moins jeunes se retrouvent autour d’un verre… ou deux!

Un concept de départ qui séduit, du moins sur le papier. Quant à savoir si les promesses seront tenues, il faudra le découvrir par vous-mêmes dès le jeudi 16 juillet pour la réouverture de l’Ours à Moutier.

Tout ce qu’on peut en dire nous, en sortant de notre apéro-interview avec Léon, c’est que ce n’est pas les idées qui lui manquent!

Du coup, on se réjouit!


Cet article a été vu 639 fois.
Michel Vuille dit :

Les courses de luges étaient organisées par le Corsica Sports avec la collaboration de Léon. Distributions des prix et soirée à l’Ours et final au Help sans oublier un détour chez la Mama!

Paula dit :

Je me réjouis déjà d’aller boire un verre à L’Ours à Moutier!
Je souhaite tout le bonheur du monde à ma tante Isabel Neves, et je serais toujours là pour l’aider!
Alors.. Santééééé

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :