42

Sex-Friends
Amis sans habits

Y paraît qu’on arrête pas le progrès! C’est du moins vérifié en ce qui concerne la médecine, la technologie ou encore l’imbécillité! Mais il est de ces domaines, comme dans le couple par exemple, ou l’innovation n’est pas toujours saluée comme il se doit!

Par RM, le - Ed. 14

Ainsi, nous connaissions déjà le bon vieux couple bien traditionnel. Mais à travers l’histoire, la notion de «vivre à deux» s’est complétée par les couples mixtes, les couples polygames, les couples libérés, les couples de couples ou encore les couples homosexuels ou bisexuels. Aujourd’hui Le Petit Jurassien s’intéresse à un couple qui n’en est pas un: les «sex-friends»

Un peu d’histoire

Tout d’abord, qu’est ce qu’un «sex-friend»? 

On pourrait le traduire par «ami sexuel» ou «ami avec lequel on couche» si vous préférez! En gros, ce sont 2 amis célibataires, qui, pour tromper leur solitude, prennent communément la décision d’avoir des rapports sexuels ludiques et totalement dénués de sentiments. Mais d’où vient donc cette pratique si originale et surprenante?

C’est en l’an de grâce 1446 que l’on retrouve pour la première fois la notion de «sex-friend».

A cette époque, Pierre de Gascogny est un noble chevalier possédant plusieurs terres dans l’ouest de la France. L’homme coule des jours heureux, entouré par ses 21 femmes! Bien que courageux, le seigneur de Gascogny a pourtant la réputation de ne pas «être une flèche». Autrement dit, notre bon Pierre n’est pas bien malin!

Un beau jour, le roi de France rassemble ses plus valeureux chevaliers pour mener bataille face aux hordes hongroises qui envahissent le Nord du pays! Pierre de Gascogny doit alors abandonner ses multiples épouses et ses terres pour aller défendre la couronne! En partant, plutôt que d’enfermer la vertu de ses épouses sous les verrous d’une ceinture de chasteté, le chevalier, inquiet du bien être de ses femmes, recommande à ses serviteurs de prendre bien soin de chacune d’elles.

Le temps passant, et le chevalier tardant à rentrer, les rapports entres les épouses du seigneur de Gascogny et leurs serviteurs devinrent… disons plus que professionnels.

Jusqu’au jour où l’on apprit que Pierre de Gascogny ne reviendrait jamais de campagne puisqu’il avait été occis à la fameuse bataille des Hauts du Hurle-Vent!

A cette époque, malheureusement pour les veuves, le remariage n’était pas chose courante! Ne pouvant se résoudre à terminer leurs jours seules et malheureuses, les 21 épouses du Seigneur de Gascogny instaurèrent alors le concept de «cocupinage», ancêtre du terme «sex-friend», et qui, étymologiquement, est une contraction des mots «cocu», «copains», «concubin» et… le dernier mot, je vous laisse le soin de le deviner tout seul!

Une pratique qui va alors s’imposer dans le château, afin de pouvoir continuer à batifoler avec le personnel servant sans craintes de représailles de la Sainte Église Catholique, qui aurait probablement désapprouvé de tels comportements lubriques hors des saints sacrements du mariage!

Quelques règles

De nos jours, le concept a un peu évolué! La pratique s’est complétée par quelques règlements pré-établis entre les 2 belligérants, avant de passer aux réjouissances!

Par exemple, on peut s’interdire de fréquenter d’autres «sex-friends» afin de donner un côté exclusif à la relation! On peut aussi décider d’en parler autour de soi, par exemple à ses amis, ou au contraire, garder le secret de cette fréquentation. Mais bien souvent le secret n’est qu’illusion: il est effectivement intéressant de noter que bon nombres de ces histoires dîtes secrètes, finissent bien souvent par être révélées au grand jour. Soit après s’être «fait griller» en beauté par des amis, soit après avoir pris la décision commune de passer de ce qu’on pourrait appeler d’une «amitié améliorée», à une véritable histoire d’amour, où l’on s’affiche au grand jour!

Ou quand les câlins mènent devant le Rabin…ou devant le curé, mais ça, ça ne rime pas…

Bien entendu, ces quelques règles sont plutôt comme une sorte de convention à établir dans le but d’éviter les désillusions. Ceci afin que les «galipettes non réglementaires» puissent se dérouler dans une ambiance des plus sympathique et détendue, enfin pas trop détendue non plus, n’est ce pas Messieurs…!

Au final, ce qui importe vraiment en amitié ou en amour, ce ne sont pas les règles que l’on se fixe ou l’on s’impose, c’est que chacun y trouve son compte!


Cet article a été vu 1986 fois.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :