42

Une page de l’histoire du rock local se tourne
Lee Harvey Oswald

Epaisse comme la couche de crème sur un totché, longue comme la Transjurane lorsqu’elle sera terminée et large comme un pneu de tracteur, la scène musicale régionale est bien connue pour sa richesse, sa diversité et son succès même bien au-delà de nos frontières. Cela fait plusieurs décennies qu’elle fait trembler les voisins, vibrer les murs des toutes les salles communales du coin et surchauffer nos oreilles. Que ce soit grâce à la fanfare du village, au groupe de Death Metal des copains ou encore au type avec sa guitare au coin du bar, cette scène vit et perdure. Et parce qu’elle est prolifique à souhait, on ne peut que se réjouir de l’avenir.

Par MWR, le - Ed. 28

Cependant, une page de l’histoire du rock local se tourne. Effectivement, les secoués de Lee Harvey Oswald tirent leur révérence après sept années d’activités frénétiques et alcoolisées, une galette sortie en 2008 et une multitude de souvenirs en tout genre qui font plaisir à se remémorer. Mais qui sont-ils me demanderez-vous? Ce groupe prévôtois est composé des frères Stéphane et Michaël Morandi à la basse/batterie, de Raphaël Valentino et Régis Merillat aux guitares ainsi que Marc Wattenhofer au « chant ». Vous ne les connaissez peut-être pas personnellement, mais vous les avez assurément entendu quelque part, lors d’une Braderie, au festival du coin ou au fond d’une cave. Ils ont arpenté de long en large la région pour vous faire subir leur rock’n’roll bruitiste qui n’a rien à envier à une démonstration de tronçonneuse. Et lorsqu’on demande aux membres du groupe quels sont les événements marquant de toutes ces années, ils nous répondent: Avoir eu quasiment pour seul public, miss vendange ivre lors d’un concert un dimanche soir au Locle

  • Avoir fait la première date au Pantographe avec tous les potes du coin. C’était magique
  • Notre vernissage à Espace Noir et la bouteille de Whiskey ingurgité par le chanteur lors du concert
  • Avoir presque démoli le stand des scouts à la fête de Courrendlin
  • Avoir joué dans une pizzeria de Porrentruy
  • Avoir joué au Schrottbar à Bienne, un no-man’s-land sous l’autoroute. Unique! La scène est une remorque Denner coupé en deux
  • Plusieurs concerts de malade au Jardin à Moutier
  • Des fins de soirée pas toujours très catholique
  • Avoir joué avec un plâtre à la jambe lors de la Braderie
  • Lors d’une after chez le guitariste, une personne avec qui nous avions partagé la scène se réveille après 1h de sieste sur le parquet pour uriner, l’air de rien, contre le mur de la salle à manger
  • Avoir eu à plusieurs reprises la visite de la police à nos concerts
  • Chaque moment partagé avec le public!

Ce n’est qu’un petit aperçu qu’ils nous offrent ici, car il n’est pas évident de résumer autant de temps passé sur scène, à composer des morceaux et à faire l’apéro au local. Afin de clôturer en beauté cette belle histoire d’amour musical, le groupe avait choisit de jouer une seule et unique date samedi dernier, 24 mai 2014 au Metal Over All à Mallerey. En vue du succès rencontré et du plaisir éprouvé, ils ont décidé de faire une seconde dernière date, chez eux à Moutier, le 14 juin 2014 au Pantographe. L’occasion pour ceux qui les ont loupé de ne pas commettre la même erreur deux fois. Et ne soyez pas si triste, car même si Lee Harvey Oswald se termine, chaque membre repart dans d’autres projets musicaux qui risqueront probablement de faire parler d’eux mêmes d’ici peu. Longue vie au rock’n’roll qui tâche!


Cet article a été vu 2514 fois.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


AccueilLa rédactionLe T-Shirt insoliteVotre pub ici?S’abonner gratuitementDevenir Membre-SoutienContactArchives
© Tous les contenus de ce site appartiennent au Petit Jurassien | Réalisation Pomzed Design
Ils sont protégés et sont interdits à la copie et/ou à la reproduction | Conditions générales

%d blogueurs aiment cette page :